La photographe Kate Garner qui exposera ses photographies à la Galerie ArtCube à partir du 20 février me raconte sa rencontre avec la future icône Kate Moss. Dès le premier instant de l’entrevue, elle a deviné la destinée à laquelle Kate Moss était promise. Les clichés du futur top model ont été pris alors qu’elle n’avait que 16 ans !

  Ce jour-là, rapidement habillée de bas fins, sa chevelure négligée, boucles et chignon, sous-vêtements simplistes et talons hauts un peu trop grands pour elle, Kate était l'incarnation de la fille femme. Ses photos avaient été prises pour un magazine. Celui-ci était convaincu que cela ne fonctionnerait pas, nous étions convaincus du contraire !

  L’exposition « La Révélation Kate Moss » propose donc d’une part une petite série de photographies prises par Kate Garner à l’aube des années 1990. Trois d’entre elles ont été retravaillées par Russell Young, artiste anglais des plus en vogue, dont les clichés sont recherchés par les collectionneurs les plus avertis. Ses peintures dans lesquelles elle utilise la technique de la sérigraphie plus grandes que nature, sont inspirées d’images de l’histoire et de la culture populaire ; elles sont à la fois incontournables, stupéfiantes, fascinantes.

  Au second niveau de l’exposition, Kate Garner nous propose d’autres tirages de femmes à l’aube de leur célébrité, dont notamment Vanessa Paradis, Tilda Swinton ou Milla Jovovitch, qui,  comme Kate Moss nous dévoilent leur faciès « guerrier ». En effet, ces portraits nous semblent de prime abord angéliques… « Parce qu'elles sont célèbres de par leur beauté, mais en réalité, ce sont des femmes fortes, prêtes à résister à toute épreuve, et c’est bien pour ça qu’elles réussissent leur carrière ! ».

   Kate Garner cherche à sensibiliser son public à la condition de la femme dans notre société, sans trop de virulence, avec son esprit si brit’ pop.