Dimitri Coste est un artisan de l’image par profession et passionné de motocross. Sa culture est pop et explosive, nourrie dès l’enfance par les sports d’action US et leur esthétique. Son œuvre se façonne, à force de reportages outre Atlantique et de roads trips marquants.
Il multiplie les prises de vue, portraits et captures de mouvements depuis 15 ans.

   Cette exposition est sans doute un voyage sans réelle destination géographique où seuls l'instant, le mouvement et la vitesse apportent la découverte de nouveaux horizons. Dimitri Coste nous parle aussi de sa désinvolture et des excès de sa jeunesse folle, prêt à tout pour une virée avec l'inconnu, en Shelby ou B.S.A.

    Il touche ce sentiment de vide et de plein que l'on vit après une nuit de débauche intense, de désorientation due à un excès de tout, dans le but de lutter contre le temps qui passe, à pleine vitesse...

    Paulo Coehlo constate avec justesse qu’en ce moment, beaucoup de gens ont renoncé à vivre. Ils ne s'ennuient pas, ils ne pleurent pas, ils se contentent d'attendre que le temps passe. Ils n'ont pas accepté les défis de la vie et elle ne les défie plus. Dimitri Coste est l’antidote !

    L’émotion, l’horizon et la vitesse sont les maîtres mots de cette nouvelle exposition. Dans la lignée des photographies de Richard Aujard, Julian Lennon, ou Daiane Soares, ArtCube vous invite une nouvelle fois à l’évasion, le temps d’une escale place Furstemberg. Une exposition à déguster sans limite, à deux ou autre roues.