Dossier de Presse

https://docs.wixstatic.com/ugd/15e35e_98bdc6bc2dfb470e93392c89d0d916c8.pdf

https://www.artcube.fr/press

Kate BARRY

Photographe de Presse et des Beaux-Arts, fille de Jane Birkin et sœur de Charlotte Gainsbourg, elle a pendant toute sa carrière photographié les plus grands artistes, avec toute une sensibilité caractéristique. 

Portraits intimes des plus grandes divas. Au travers de chacun d’entre eux, le visiteur est happé par la puissance des regards.

Nous pouvons même nous poser la question de savoir qui est l’observant. Les modèles observent-elle la caméra ou bien est-ce Kate Barry qui observe ses modèles ?

Kate et ses sujets sont complices.


La photographe comprend chacune de ses modèles, qu’elle traduit par une expression, un regard, une mélancolie surtout.Sur ses clichés, les sujets sont photographiés dans leur simplicité, avec fraîcheur et sensibilité. Ces photos sont un miroir, un hommage à la poésie de leur auteur. 

Monique KOUZNETZOFF, la directrice de l'agence photo "H&K" se rappelle du talent de Kate :


« C’était au début des années 90, Kate venait de réaliser ses premières collections de mode et tout naturellement Jane pose avec ses créations pour une séance photo. Robe Sculptural, Jane sublimée.

Très peu de temps après Kate vient me voir avec sa première séance photo. Des portraits de son amie France Gall après la mort de Michel Berger. Des photos simples, fortes, « senties » par une femme qui avait compris la douleur.

 

La photographe était née. Naturellement, nous organisons ensemble des projets. D’abord ses muses, Jane, l’aimante et ses sœurs chéries, Charlotte et plus tard Lou.

En fait Kate ouvre la voie à la photo réaliste. La photo qui ne triche pas.


Fini avec Kate, les visages surexposés, les faux semblants, mais au contraire des moments de « vérité ». Des photos qui lui ressemblent. On pouvait lire en-elle en voyant ses images.

Regardez les yeux des actrices quand elles regardent Kate. Elles sont elles, avec bienveillance et générosité. Une liberté totale en face de son objectif. Comme si l’appareil photo n’était plus un filtre avec la réalité.

Très vite et bien, Kate trouve sa lumière, impose sa technique, ses cadrages. Son style est nouveau, reconnaissable au premier regard.


Si Kate vient de la mode, la mode pourtant n’est pas « son sujet ». Kate s’en sert pour servir l’imaginaire de ses prises de vues, « faire des tableaux ».

Kate reniflait une atmosphère qui collait à sa sensibilité. Mariage parfait entre le lieu, la lumière, le maquillage qui ne se voit pas… et souvent du silence, l’enveloppant, collée à son modèle.

Kate vit sa nostalgie, pudique, il est impossible de parler d’elle au passé.

On peut dire d’elle qu’elle était altruiste, gentille, se préoccupant de l’autre, demandant toujours « ça va toi ? ». Mais Kate c’était aussi, l’humour, des rires. Et beaucoup d’enthousiasme. On faisait trainer les moments de travail pour échanger sur la vie, les passions, la photographie, la famille, les copains, les hauts, les bas, le naturel de la vie qui se déroule.

Qui pouvait lui dire non, une fois en face d’elle.

Ni Vanessa, ni Catherine Deneuve ni toutes ces stars qui la rencontrent et quelle photographie et qui lui donne leurs émotions.


Ces muses qu’elle aime et retrouve régulièrement, respectueuses d’elle, de son travail. Elles aiment autant ses photos que sa présence. Kate te rencontrer c’était t’aimer pour longtemps.

Carla Bruni enregistre son premier album. Naturellement, instinctivement tu es celle qui avec sensibilité fera l’image symbolique de Carla chanteuse, loin des paillettes et du paraitre. Photos poétiques, mises en scène, moments volés, moments arrêtés, moments gravés, tu aimes la photo. Ta famille, tes amours, tes amis, fiers de l’être. Tu es une artiste. »